LES MARINS DE L'EMPEREUR

 

Eustache BRUIX

(Fort Dauphin, 1759 - 1805)

        Eustache Bruix naît en 1759 à Fort Dauphin, sur l'île de Saint Domingue. Il embarque comme volontaire sur une frégate dès 1778. En 1779, il s'engage dans les garde-marines et sert sur divers bâtiments.

        Il participe à la guerre d'Amérique dans l'escadre de De Grasse entre 1781 et 1782, sur le Héros et l'Auguste. promu lieutenant de vaisseau en 1786, il rentre en France, et sert sur la Bayonnaise  en 1788 et le Superbe en 1790 et 1791. En 1791, il est élu membre de l'Académie de Marine. Il commande alors le Fanfaron en Manche puis la frégate Sémillante dans l'océan Indien, en 1792. 

        Promu capitaine de vaisseau en 1793, il est destitué comme noble, peu de temps après avoir été désigné comme commandant du vaisseau Indomptable basé à Brest. Il est réintégré en juin 1794, prend le commandement de l'Eole et devient major général de Villaret-Joyeuse au combat de Groix, en juin 1795, puis de Morard de Galles lors de la malheureuse expédition d'Irlande en 1796.

        Il est fait contre-amiral en mai 1797, avant de devenir ministre de la Marine et des Colonies d'avril 1798 à juillet 1799. Il s'efforce alors de réorganiser la Marine, et prépare une expédition devant ravitailler l'Egypte. En mars 1799, il est promu vice-amiral, et prend la tête de l'opération qu'il a lui-même préparée : avec une escadre de 25 vaisseaux, il quitte Brest en avril, trompant le blocus anglais. Il entre en Méditerranée, et atteint Toulon tandis que nos alliés espagnols ont pu quitter Cadix et mettre le cap sur Carthagène. Le Directoire conseille à l'amiral d'aller vers cette ville pour assurer la jonction des deux flottes, ce qui est assuré le 22 juin. Bruix dispose maintenant de 44 vaisseaux réunis sous ses ordres. Les Anglais dépêchent des renforts. Grâce à eux, l'amiral Keith dispose de 34 vaisseaux groupés, en plus des 16 navires de Nelson, resté aux environ de la Sicile.

        Mais Bruix ne croit pas à sa chance et ne profite pas de sa situation avantageuse avant l'arrivée des renforts anglais. Il est rappelé par le Directoire, inquiet, et, après avoir ravitaillé Gênes, rentre à Brest le 7 août, en évitant toutes les croisières anglaises. Il n'aura cependant pas réussi à ravitailler Malte ni l'Egypte, premier objet de sa mission.

        Il prend ensuite le commandement de l'armée navale en mars 1801, mais doit quitter son poste pour raison de santé. Conseiller d'Etat en septembre 1802, il commande la flottille de Boulogne à partir du 15 juillet 1803, bien qu'opposé à la construction de petits bateaux. Il meurt en mars 1805, à l'âge de 46 ans, privant son pays de l'un de ses officiers les plus compétents et les plus habiles.

Retour au menu précédent